[discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)
La Compagnie du Dragon Vert

Le forum du 1er projet de reconstitution dans l'univers de J.R.R.Tolkien
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Linniel



Féminin Nombre de messages : 2309
Age : 27
Localisation : Paris / Moselle
Peuple(s) : Femme(s) de Gondor, de Dun & Ranger d'Ithilien
Personnage(s) : Linniel, Ivoriel, Merilinde, Onuen & Thorlad
Date d'inscription : 25/07/2007

MessageSujet: [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)   Ven 28 Déc 2012 - 5:01

Dans mes recherches sur les "Knights" de Dol Amroth pour assister Borelias, j'en suis venue à m'interroger sur le terme de "chevalier" et sur la forme/signification que pourrait adopter la chevalerie en Arda. J'ouvre la discussion, même si je ne connais absolument rien au sujet et qu'après discussion avec Toto, il s'avère que je sois partie sur un angle de réflexion peu judicieux. Je vous laisse malgré tout mon humble questionnement/dégrossissage.


D'abord, en guise de présentation rapide, un article wiki très accessible.
Je pense que certains ici seront bien plus à même de présenter le sujet que moi, donc s'il vous plaît n'hésitez pas une seconde à apporter des éléments plus... "sérieux".

Pour résumer vaguement des quelques trucs que j'ai lu ce soir, dans notre cadre spatio-temporel, "chevalier" désigne donc un "cavalier d'élite", issu de la noblesse terrienne ou de classe sociale moindre (bâtards, cadets sans titre ou héritage par exemple, hommes assez fortunés pour s'équiper, etc...). Ce guerrier, au rang bien distinct des autres, a reçu une éducation particulière depuis sa plus tendre enfance. Son titre n'est pas "éternel" et peut se perdre, si le chevalier n'est plus à même de combattre. La "Chevalerie" est une institution très liée à la religion catholique, régie par des règles et un mode de vie particulier. Ces hommes étaient au XIIe/XIIIe pour la plupart très cultivés (1), certains même poètes, musiciens, écrivains, philosophes, juristes ou encore savants, certains chevaliers étant même clercs.
De nos jours, nous en avons une vision extrêmement romancée et parfois peu vraisemblable. (Dès la mi-XIIIe, on voit déjà apparaître des versions très romanesque, par exemple le Chevalier Palamède dans le Tristan en Prose est un seigneur sarrasin converti au christianisme qui rejoint la Chevalerie Arthurienne et apprend beaucoup aux chevaliers d'Arthur sur l'Art de la Guerre et de la Stratégie grâce aux échecs. C'est un personnage qu'on retrouve dans nombre de versions et d'histoires jusqu'au XVe siècle, difficile de distinguer ce qui pourrait être vrai dans tout ce légendaire.)



La Chevalerie chez Tolkien

Les questions que je me pose sur les "Knights" (et "Swan-Knights") chez Tolkien sont assez nombreuses, donc j'ouvre la discussion : si vous avez des éléments sur le sujet, balancez ! Ils sont plus que bienvenus.

- De quelle manière Tolkien aborde-t'il la chevalerie ?
- Quelle place prend cette dernière dans les différents peuples d'Arda ?
- Emploie-t'il ce terme pour désigner uniquement une classe guerrière supérieure ? ou un ordre guerrier/une institution comme c'est le cas dans la période d'inspiration choisie pour Dol Amroth ?
- En quoi diffèrent les "Swan-Knights" des Chevaliers de cette même période ?
- Que faire de l'aspect chrétien et des clichés de la Chevalerie occidentale que nous connaissons vis à vis de notre projet de reconstitution ?



Quelques sources sur le sujet :

La première occurrence dans le SdA est celle ci :

And last and proudest, Imrahil, Prince of Dol Amroth, kinsman of the Lord, with gilded banners bearing his token of the Ship and the Silver Swan, and a company of knights in full harness riding grey horses; and behind them seven hundreds of men at arms, tall as lords, grey-eyed, dark-haired, singing as they came.
Et en dernier le plus fier, Imrahil, Prince de Dol Amroth, parent du Seigneur, avec des étendards d'or portant son emblème du Navire et du Cygne d'Argent, et une compagnie de chevaliers en grand arroi, montés sur des chevaux gris, et derrière eux sept cents hommes d'armes, grands comme des seigneurs, aux yeux gris et aux cheveux bruns, chantant tandis qu'ils s'avançaient.

On retrouve la notion d'une élite guerrière, différenciés des autres soldats, rassemblés derrière un Seigneur de la haute aristocratie régnante, mais rien de plus. "Une Compagnie" correspondrait à quel ordre de grandeur, au XIIe/XIIIe ?


L'occurrence des "Swan-knights" :

And from the walls an answering shout went up; for foremost on the field rode the swan-knights of Dol Amroth with their Prince and his blue banner at their head.
‘Amroth for Gondor!’ they cried. ‘Amroth to Faramir!’
Like thunder they broke upon the enemy on either flank of the retreat.

Et des murs monta un cri de réponse, car, les premiers sur-le-champ de bataille, chevauchaient les chevaliers au cygne de Dol Amroth avec leur Prince et son étendard bleu en tête.
«Amroth avec le Gondor! criait-on. Amroth avec Faramir ! »
Ils tombèrent sur l'ennemi comme la foudre sur les deux flancs de la retraite.



Autres sources :

For the companies were grievously reduced. Faramir had lost a third of his men. And where was he?
Last of all he came. His men passed in. The mounted knights returned, and at their rear the banner of Dol Amroth, and the Prince. And in his arms before him on his horse he bore the body of his kinsman, Faramir son of Denethor, found upon the stricken field.

Car les compagnies étaient sérieusement réduites. Faramir avait perdu le tiers de ses hommes. Et où était-il?
Il arriva le dernier. Ses hommes passèrent à l'intérieur. Les chevaliers montés revinrent, avec, en queue, l'étendard de Dol Amroth et le Prince. Et dans ses bras, devant lui sur son cheval, il portait le corps de sonparent, Faramir fils de Denethor, trouvé sur-le-champ de bataille.



Tirelessly he strode from Citadel to Gate, from north to south about the wall; and with him went the Prince of Dol Amroth in his shining mail. For he and his knights still held themselves like lords in whom the race of Númenor ran true.
Il allait inlassablement de la Citadelle à la Porte, du nord au sud sur le mur et avec lui allait le Prince de Dol Amroth, vêtu de ses mailles brillantes. Car lui et ses chevaliers se considéraient encore comme des seigneurs dans lesquels coulait le vrai sang de la race de Nûmenor.


But about the Gate resistance still was stout, and there the knights of Dol Amroth and the hardiest of the garrison stood at bay.
Mais, autour de la Porte, la résistance était encore forte, et là les chevaliers de Dol Amroth et les hommes les plus intrépides de la garnison se tenaient prêts à un combat désespéré.



Quelques emplois du terme au Rohan :

Suddenly the king cried to Snowmane and the horse sprang away. Behind him his banner blew in the wind, white horse upon a field of green, but he outpaced it. After him thundered the knights of his house, but he was ever before them.
Le roi cria soudain un ordre à Nivacrin, et le cheval bondit en avant. Derrière Théoden, son étendard flottait au vent: un cheval blanc sur champ vert, mais il le distançait. Derrière lui, les chevaliers de sa maison galopaient dans un bruit de tonnerre, mais il était toujours en avant.


Théoden King of the Mark had reached the road from the Gate to the River, and he turned towards the City that was now less than a mile distant. He slackened his speed a little, seeking new foes, and his knights came about him, and Dernhelm was with them.
Théoden Roi de la Marche avait atteint la route de la Porte du Fleuve, et il se tourna vers la Cité qui ne se trouvait plus à présent qu'à moins d'un mille. Il ralentit un peu le pas, cherchant de nouveaux ennemis, ses chevaliers s'assemblèrent autour de lui, et avec eux se trouvait Dernhelm.


But Théoden was not utterly forsaken. The knights of his house lay slain about him, or else mastered by the madness of their steeds were borne far away.
Mais Théoden n'était pas entièrement abandonné. Les chevaliers de sa maison gisaient morts autour de lui ou bien, dominés par la folie de leurs destriers, ils avaient été emportés au loin.

On a dans ces sources, un aspect de "maisonnée" peut être plus marqué que dans les sources gondoriennes. Est-ce à mettre en lien avec les périodes d'inspirations et donc des différentes formes de "chevaleries" ?





1. Sur wiki, ils donnent une soi-disant citation décrivant l'enseignement chevaleresque, issue d'un roman de Tristan, mais je n'ai rien trouvé sur cette citation ni le roman qui pourrait l'accueillir. Reste qu'elle est assez sympathique pour se donner une idée du degré d'éducation des dits Chevaliers : Sous sa tutelle, Tristan apprit à chevaucher, à respecter les règles de la chevalerie, à sauter, nager, courir, lancer la pierre, manier l'écu et la lance, les diverses sortes d'art et d'escrime, l'art de vénerie et de fauconnerie, tous les honnêtes ébats recommandés pour fuir l'oisiveté, mère des vices, et en même temps les usages de la courtoisie et les vertus requises au franc homme : honneur, fidélité, hardiesse, débonnaireté, démener grande largesse, parler avec mesure, ne blâmer personne à la légère, éviter les fous et servir les dames.
J'ai trouvé ça aussi, qui peut donner un élément de contexte financier bien qu'ils ne citent aucun source : Au XIIe siècle, l'équipement de base du chevalier (cheval, heaume, haubert, épée) représente le revenu annuel d'une seigneurie moyenne de 150 hectares.




(Ps : Je suis très fatiguée, donc je m'excuse platement si ma prose manque d'élégance, de logique et de clarté et ... de tout en fait.)

_________________


Brouett' WestCoast' Club. / LMMT - Compagnon depuis 2007 / "Back to the Shire, Shire, Houses in the ground !" / Shun-Sheng duh gao-wahn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegalad



Masculin Nombre de messages : 3066
Age : 27
Localisation : Paris
Peuple(s) : Ouestfoldien indépendantiste
Homme doudoune
Nain supportable
Hobbit champêtre
Personnage(s) : Grimbold
Argan
Mjoðvitnir
Flambard Fierpied
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)   Ven 28 Déc 2012 - 11:44

D'abord, sans grand rapport direct, mais donne un autre aspect de la notion de chevalier chez Tolkien : on a un "ordre de chevalerie", les 'chevaliers de l'épée' chez le roi Thingol, au Premier Âge, mentionné à plusieurs reprises dans les UT. Lorsque Turin demande à en faire partie :

Then Túrin asked Thingol for mail, sword, and shield, and he reclaimed now the Dragon-helm of Dor-lómin; and the king granted him what he sought, saying: "I will appoint you a place among my knights of the sword; for the sword will ever be your weapon. With them you may make trial of war upon the marches, if that is your desire."

Ensuite, au Gondor, on a une occurence de chevaliers (distingués des soldats, un peu comme des soldats d'élite, un peu de la même façon que pour les chevaliers de Dol Amroth dans la citation d'Elael) dès Isildur.

With Isildur went his three sons, Elendur, Aratan, and Ciryon, and his Guard of two hundred knights and soldiers, stern men of Arnor and war-hardened.

Très éclairant sur le Gondor, la note 17 du désastre des champs d'Iris qui donne l'étymologie d'Ohtar.

17 Ohtar is the only name used in the legends; but it is probably only the title of address that Isildur used at this tragic moment, hiding his feelings under formality. Ohtar "warrior, soldier" was the title of all who, though fully trained and experienced, had not yet been admitted to the rank of roquen, "knight." But Ohtar was dear to Isildur and of his own kin. [Author's note.]
Ohtar "guerrier, soldat" était le titre de tous ceux qui, bien que parfaitement entraînés et ayant de l'expérience, n'avaient pas encore été admis au rang de chevalier.

Note : je ne sais pas traduire le terme de roquen.

Pour le Gondor toujours, je ne n'ai aps al source sous la main, mais je crois bien qu'Aragorn appelle Pippin chevalier du Gondor à un moment. Voir al contextualisation.

Côté Rohan enfin, les citations des UT n'apportent rien par rapport à ce qu'a relevé Elael dans le SdA.


_________________
Leóhtre ic eom micle ðonne ðes lytla wyrm.
C.R.A.W.L. : Comité Révolutionnaire Armé pour la Libération du Westfold. Rejoignez nos rangs !
*We are but older children, dear, who fret to find our bedtime near. *
Papillons, craignez les trois Cavaliers de l'Apocalypse : Newton, Darwin, Ellorien.
C.C.M.Q.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
uruk darghâsh



Masculin Nombre de messages : 1974
Age : 46
Localisation : vaour tarn
Peuple(s) : uruk du mordor
Uruk de l'isengard
Personnage(s) : Darghâsh
Righâsh
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)   Ven 28 Déc 2012 - 15:48

Point de vue orc:
"Les chevaliers, c'est des humains fort comme des Uruk-haï montés sur des chevaux, alors attention ! Boucliers en l'air contre eux !
L'avantage quand on les tues, c'est qu'on peux manger le cheval en prime, et qu'il y a pleins de bonnes armures à récupérer !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)   Aujourd'hui à 10:49

Revenir en haut Aller en bas
 

[discussion] Le terme de "chevalier" (et un peu Dol Amroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Dragon Vert :: Equipements et décors :: Vie Militaire-